Pour notre cadre de vie et notre environnement

Patrimoine, Voirie, Espaces verts

Cliquez sur chaque engagement du programme municipal 2014-2020 pour lire le détail.

Donner la priorité à la réfection de la voirie

Créer un service d’alerte SMS

Achever la rénovation de l’avenue de la Division Leclerc

Aménager la Place François Simiand

Aménager la place de l’Enfance

Poursuivre les aménagements pour améliorer l’accessibilité PMR de la voirie et des bâtiments publics

Restaurer le Pavillon Colbert 

Mettre en place des bornes d’information pour valoriser notre patrimoine naturel et culturel 

Poursuivre la mise en valeur de nos espaces plantés et l’effort de fleurissement de la ville

Privilégier les méthodes respectueuses de l’environnement pour l’entretien des espaces verts

l’Habitat, tranquillité

Cliquez sur chaque engagement du programme municipal 2014-2020 pour lire le détail.

Engager une rénovation ambitieuse de la Cité-jardin, fleuron de notre patrimoine

Favoriser la mixité sociale, condition indispensable au « bien-vivre » ensemble

Achever la rénovation de l’avenue Division Leclerc

Mettre en place le Très Haut Débit en partenariat avec le Conseil Général

Poursuivre l’effort de propreté des espaces publics

Sur les terrains libérés par l’Ecole Centrale : nous aménagerons un Ecoquartier paysager

Développer le dispositif de la Gestion urbaine proximité (GUP)

Renforcer l’action du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance  (CLSPD) 

Ce que nous avons fait en + :

La protection des zones pavillonnaires


Notre engagement : Donner la priorité à la réfection de la voirie

Ce que nous avons fait :

Au cours de ces dernières années, de nombreux travaux ont amélioré la voirie, les trottoirs et la sécurisation des passages piétons, même s’il reste toujours à faire dans ce domaine. En effet, la commune compte près de 40 km de voirie qu’il faut entretenir et rénover régulièrement ; c’est pourquoi la rénovation de la voirie ainsi que le renouvellement de l’éclairage et du mobilier urbain communal se poursuivent selon une programmation pluriannuelle.

Le budget alloué à l’enfouissement des réseaux a été multiplié par 4 depuis six ans. et les réfections effectuées sur l’ensemble de la commune ont nettement augmenté.

Travaux de requalification de voirie :

  • Rue de l’Egalité 2014
  • Place des Droits de l’Homme 2014
  • Avenue du Bois de Verrières en 2014-2015
  • Rue des Prés Hauts en 2015
Hier : la rue des Prés hauts
Aujourd’hui : : la rue des Prés Hauts
Hier : L’avenue du bois
Aujourd’hui : L’avenue du Bois
  • Avenue du Bois 2016
  • Grande Voie des Vignes (réfection des trottoirs jusqu’à la Coulée verte): en 2016
  • embellissement du secteur autour du Lavoir en 2016
  • Le mail des Houssières en 2016-2017
  • Chemin des Martyrs de la Résistance  en 2017
  • Rue Garnier en 2017
Hier : la Place des Verts Coteaux
Aujourd’hui : la place des Verts Coteaux

Place des Verts Coteaux : Réfection globale avec réorganisation du stationnement, avec création de places handicapés, rénovation du parvis devant le supermarché, changement du mobilier urbain, , incluant une reprise de l’étanchéité en 2017. La co-propriété ayant accepté de vendre à la Ville la place, des travaux ont pu être mis en œuvre pour embellir cette place commerçante.

  • Rue Nicolas Appert/jusqu’au Chemin de la Justice 2017
  • Avenue de Robinson en 2018
  • Avenue d’Estienne d’Orves en 2018 : rénovation complète avec modernisation de l’éclairage public et, pour le tronçon situé sur la ville, la création de 4 places de stationnement et la plantation de 4 arbres.
  • Rue Jules Barbier en 2019
  • Rue du Docteur le Savoureux en 2019
  • Rue Léon Martine en 2019
  • Rue Roland Gosselin : travaux sur les réseaux en 2019, réfection programmée pour 2020
  • Rue Hélène Roederer : travaux sur les réseaux en 2019, réfection programmée pour 2020

Notre engagement : Créer un service d’alerte SMS

  • Infos météo, alertes, urgences :
    Avis de tempête, neige, canicule, orage, échéances diverses (scolaires , élections..), ouverture et fermeture exceptionnels de services publics, coupure d’électricité, etc…
  • Infos évènements culture, loisirs et sports :
    Spectacles culturels, manifestations diverses, grands rendez-vous sportifs.
  • Infos travaux :
    Avis de perturbation de la circulation et du stationnement en cas de travaux.
  • Infos Tramway :
    Toutes les infos sur la future ligne T10.
  • Infos enfance, jeunesse :
    Dates d’inscription aux activités périscolaires, les séjours, les ateliers…

Ce que nous avons fait :

Depuis 2015, la Ville vous propose de recevoir des informations en temps réel, selon les centres d’intérêt choisis, grâce aux alertes SMS suivantes :

+ de 2000 personnes reçoivent en moyenne 6 alertes par semaine pour être informés en temps réel


Notre engagement : Achever la rénovation de l’avenue de la Division Leclerc.

Ce que nous avons fait :

Reliant la Croix-de-Berny et Clamart en 25mn, proposant plusieurs correspondances (RER B, Trans-Val-de-Marne, T6 Châtillon-Viroflay, lignes de bus), le T10 entrera en service en 2023 : en circulation 7 jours sur 7 de 5h30 à 00h30, selon une fréquence soutenue (toutes les 6mn en heures de pointe, et entre 8 et 10mn en heures creuses), il sera accessible PMR avec un plancher bas intégral.
Il s’accompagne du réaménagement total de l’avenue de la Division Leclerc de bâti à bâti. Autour de la plateforme engazonnée du tramway, les espaces seront mieux partagés entre automobilistes, cyclistes et piétons. De chaque côté de la plateforme, une voie de circulation et des contre-allées avec des places de stationnement et des accès aux parking privés seront aménagés. Des bandes cyclables seront installées tout le long de l’avenue (chacune des 7 stations de tram sera équipées de garage à vélo sécurisés). De larges trottoirs avec éclairage et mobilier urbain (poubelles, bancs… faciliteront la circulation des piétons. Les carrefours seront reconfigurés pour sécuriser les différents flux. De nombreux arbres d’alignement seront plantés -1000 sur le long du tracé – des alignements de type chênes à feuilles de châtaigniers (de part et d’autre de la plateforme). 

Sur le reste de l’avenue : des alignements de type féviers d’Amérique de chaque côté de la rue, au niveau des trottoirs. Les pourtours de ces arbres seront également végétalisés avec des graminées et plantes vivaces pour habiller et ornementer la voirie tout le long de l’avenue. Au niveau des 2 stations : carrefour du 11 novembre et Cité-Jardins, des espaces publics jardinés seront plantés.

Enfin, grâce aux 2 échangeurs de l’A86 qui desservent notre ville et qui ont diminué la circulation de transit, et aux aménagements de l’avenue, la Division-Leclerc va devenir un secteur non seulement apaisé et sécurisé mais qualitatif.

Les travaux de réalisation de la plateforme du tramway et le réaménagement de l’Avenue de la Division-Leclerc sont prévus à partir de 2020 pour une mise en service du tramway au 1er semestre 2023.


Notre engagement : Aménager la Place François Simiand

Ce que nous avons fait :

La Place François-Simiand sera réaménagée dans le cadre du grand projet de rénovation de la Cité-Jardin.


Notre engagement : Aménager la Place de L’Enfance

Ce que nous avons fait

Cet aménagement a été réalisé en 2016, à l’issue des travaux de reconstruction du groupe scolaire Jules-Verne. A l’origine, poussiéreuse l’été et boueuse l’hiver, utilisée trop souvent comme parking, la place de l’Enfance a changé de visage ! Elle a été agrandie, arborée et aménagée pour offrir un véritable lieu de vie accessible à tous, agrémenté de jeux pour enfants. Des «dépose-minute» spécifiques pour les deux écoles et pour la crèche ont été créés, afin de fluidifier la circulation.

Hier : la place de l’Enfance
Aujourd’hui : la Place de l’Enfance

Notre engagement : Poursuivre les aménagements pour améliorer l’accessibilité PMR de la voirie et des bâtiments publics

Ce que nous avons fait :

Sur la base du diagnostic réalisé dans le cadre du Plan de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics, nous avons défini un plan pluriannuel, en lien avec les associations locales. Nous avons veillé à l’accessibilité de chaque nouvel équipement public, ou à développer l’offre de places aménagées aux personnes handicapées au plus près de leur domicile ou des lieux de destination.

Pour la majorité municipale, une ville qui veille au bien-être de chacun, ne peut être qu’une ville où l’intégration des personnes à mobilité réduite à la vie de la cité est effective. C’est pourquoi nous avons mené une politique volontariste pour rendre notre ville plus accessible à tous.

Aménagements PMR

En 2016-2017, traitement du trajet reliant la gare de Robinson au carrefour du 19 mars 1962, pour anticiper l’accès à la future station de tramway. Mise en place de feux tricolores sonores, trottoirs et traversées adaptés.

En 2015, 400 têtes de potelets mis en contraste sur l’espace public.

En 2016, aménagement de la place de l’enfance devant la nouvelle école Jules Verne ;

Le Pavillon des Arts et du Patrimoine
L’ascenseur pour accéder au Pavillon et au Parc du Souvenir Français

Création d’un ascenseur extérieur sur le Pavillon des arts pour accéder du centre-ville au Parc du Souvenir Français.

En 2017, aménagement de la place des Verts Coteaux avec créations de places de stationnement PMR

En 2018, adaptation des locaux de l’école Brossolette et création d’un ascenseur.

En 2019, adoption de l’agenda d’accessibilité programmée pour les 67 établissements recevant du public et installations ouvertes au public

Entre 2014 et 2018, création de 34 places de stationnement PMR supplémentaires sur l’ensemble de la ville

Rues réaménagées avec accessibilité  : rue de l’égalité, av. du bois de Verrières, Place des droits de l’homme (2014), rue des Prés Hauts, Place Allende, Av. du Bois (2015) ; Place de l’enfance, rue Jules-Verne, Grande voie des Vignes (2016) ; Mail des Houssières, rue Garnier, Chemin des Martyrs de la Résistance, Place des Verts Coteaux (2017) ; Avenue D’Estienne d’Orves et trottoirs de la rue de Verdun (2018), rue du Dr Le Savoureux (2019)


Notre engagement : Restaurer le Pavillon  Colbert 

Ce que nous avons fait :

Nous avons décidé de réhabiliter les trois pavillons historiques et patrimoniaux du centre-ville. Après avoir restauré l’ancien conservatoire pour y installer le Cap jeunes (2014), nous avons rénové l’ancienne Mairie pour y installer le Pavillon des Arts et du Patrimoine (2017), cette année nous allons lancer la rénovation du Pavillon Colbert . Il s’agit, comme nous l’avons fait pour les 2 autres pavillons, de restaurer sa façade classée telle qu’elle était à d’origine . Comme il s’agit d’un bâtiment emblématique auquel nous sommes, tous, très attachés, nous serons particulièrement vigilants et exigeants à la qualité des travaux.

Nous allons redonner au Pavillon Colbert sa splendeur d’antan

Opérations engagées durant ce mandat :

  • 2018 : diagnostic technique et historique réalisé par un Architecte du Patrimoine en concertation avec la Direction des Affaires Culturelles de l’Etat
  • 2019 : lancement d’une mission de maîtrise d’œuvre en vue de la restauration de l’enveloppe extérieure du bâtiment
  • 2020 : lancement des travaux de réhabilitation du clos-couvert




Le Comité de Jumelage ainsi que l’association franco-russe Mir viennent de quitter le Pavillon Colbert pour s’installer dans des locaux, en rez-de-chaussée d’un immeuble neuf, avenue de la Division Leclerc. Désormais confortablement installés et bénéficiant de moyens modernes, les nombreux élèves bénéficient de bien meilleures conditions d’apprentissage des langues.


Notre engagement : Mettre en place des bornes d’information pour valoriser notre patrimoine naturel et culturel

Ce que nous avons fait

28 bornes explicatives retracent l’histoire et les caractéristiques des sites remarquables. Elles jalonnent des parcours de promenades organisés par notre Office de tourisme à la découverte de l’identité culturelle.










Notre engagement : Poursuivre la mise en valeur de nos espaces plantés et l’effort de fleurissement de la ville

Ce que nous avons fait

Riche d’un environnement exceptionnel qui en fait l’une des communes les plus vertes de la petite couronne avec 50% d’espaces verts protégés, nous attachons une grande importance à la qualité de notre cadre de vie.

Dans la continuité des engagements de Georges Siffredi, le nouveau Plan Local d’Urbanisme, a étendu la protection des espaces verts sur 24 hectares supplémentaires.

Valorisation du patrimoine arboré 2014 -2020

La Ville met en œuvre une politique ambitieuse pour valoriser son patrimoine naturel et favoriser la préservation de la biodiversité en ville, afin de garantir un développement équilibré du territoire. Des efforts reconnus et récompensés par Le label « Ville fleurie » et l’obtention des 3 Fleurs, renouvelés par le jury des Villes Fleuries, tout au long de ce mandat.

Châtenay-Malabry est en moyenne plus arborée que la moyenne nationale * avec ses 50% d’espaces verts

Le patrimoine arboré représente 52m2 par habitant

Notre patrimoine arboré représente l’équivalent de 239 terrains de football

Comparatif avec les villes voisines *

  • Châtenay-Malabry est 11 points plus verte qu’Antony.
  • Châtenay-Malabry est 23 points plus verte que Bourg-La-Reine
  • Châtenay-Malabry est 4 points plus verte que Sceaux
  • Châtenay-Malabry est 8 points plus verte que le Plessis-Robinson
  • Châtenay-Malabry est 17 points plus verte que Bagneux

*source : nosvillesvertes.fr

Nous choisissons des plantations écologiques et durables

  • un fleurissement pérenne, plus économique et respectueux de la biodiversité
  • des plantation de vivaces, bulbes naturalisables, prairies fleuries, arbustes, …
  • La conception d’aménagements orientés 19ème siècle avec plantation de plantes de terre de bruyères et végétaux crées par les Pépinières Croux : Hibiscus Oiseau Bleu, Rhododendrons, Azalées, …
  • Poursuite de la diminution des plantations d’annuelles, grandes consommatrices d’eau et d’entretien ( en 2015 : 2320 unités / en 2019 : 600 unités)
  • Diminution du nombre de jardinières génératrices d’un entretien plus important (en 2015 : 467 jardinières / en 2019 : 194 jardinières)
  • Création de 4 jardins partagés (en 2017 en signant avec l’ Association Cultivons Châtenay, la charte des jardins partagés)

✔Les arbres d’alignement

Ils bordent une grande partie des grandes artères primaires et secondaires de Châtenay-Malabry. Les régénérations d’arbres d’alignement se poursuivent chaque année.

Depuis 2014, 165 arbres ont été plantés le long des voies châtenaisiennes.

La rue des Prés-Hauts

En 2015-2016, ont démarré les travaux de réfection de cette voie avec la remise à neuf du réseau d’assainissement, l’enfouissement des réseaux aériens, la remise en état de la chaussée et des trottoirs et pour terminer, la plantation de 41 photinias.

La rue Marc Sangnier

En 2018, une partie des cerisiers à fleurs très malades, ont été remplacés par 14 Prunus Lusitanica tiges.Ceux qui étaient encore en bon état général ont été gardés.

La Grande voie des Vignes

En 2016, afin de permettre l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, nous avons rénové une partie de cette artère très dégradée par les racines des arbres.

Les arbres ont été remplacés par 17 photinias tiges. Des grilles ont été positionnées et un guide racinaire a été placé à la plantation afin de canaliser les racines et éviter d’endommager à nouveau le trottoir neuf.

Le Chemin des Martyrs de la Résistance

Dans le cadre de la réfection totale de la voie, la création d’une jardinière paysager au droit de l’escalier a permis l’embellissement des lieux par la plantation de nouveaux végétaux.

Le Lavoir

Embellissement de ce lavoir construit en 1787, avec 8 arbres variés (Tilia cordata, Pinus nigra, Magnolia grandiflora, Cercis siliquatrum, Sophora japonica ‘pendula’), le tout accompagné de nombreux végétaux de terre de bruyère.

L’avenue du Bois de Verrières

En 2013-2014, la ville a procédé à la réfection complète de la voirie avec une plantation de 13 Photinia Fraseri ‘red robin’.

Hier
Aujourd’hui : avenue du Bois de Verrières

✔Le mail des Houssières En 2016-2017, le Mail a été totalement réaménagé : Travaux d’assainissement, réfection de la chaussée et des trottoirs en respectant les normes PMR, remplacement de l’éclairage public, implantation de bornes d’apport volontaire enterrées pour la gestion des déchets, réaménagement des massifs arbustifs (520 m²) et enfin plantation de 31 magnolias et d’un olivier.

Hier : le Mail des Houssières
Aujourd’hui : le Mail des Houssières

En 2019, les cerisiers de la rue Léon Martine ont été régénérés. 26 nouveaux arbres ont été plantés à l’occasion de la réfection totale de la voie à l’issue d’une consultation des riverains.

La rue d’Estienne d’Orves

la rue d’Estienne d’Orves a été entièrement rénovée avec la modernisation de l’éclairage public et, pour le tronçon situé sur la ville de Châtenay, la création de 4 places de stationnement et la plantation d’arbres.

La rue de l’Egalité

La ville a procédé au réaménagement du carrefour Allende et à la réfection totale de l’entrée de la rue en l’agrémentant par l’alignement de 8 Aesculus hippocastanum ‘Baumanii’ en 2014 et 6 en 2017.

✔L’avenue du Bois

La ville a procédé à la réfection complète de l’avenue : Enfouissement des réseaux, pose d’un éclairage public et de mobilier urbain neuf, reprise de la chaussée.

Les trottoirs mis aux normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ont été traités en enrobés, et agrémentés de 9 photinias tiges.

Hier : l’Avenue du Bois
Aujourd’hui : l’avenue du Bois

La Cité-Jardin

L’Office Départemental d’HLM procède également à de nombreuses plantations.

Près de 60 arbres ont été plantés sur l’ensemble de la Cité-Jardin, complétés par 3 244 arbustes et rosiers.


Notre engagement : Privilégier les méthodes respectueuses de l’environnement pour l’entretien des espaces verts

Ce que nous avons fait

Dès 2005, nous avons souhaité diminuer certaines surfaces engazonnées en les végétalisant par des plantes tapissantes : Hedera ‘algerian bellecour’, hypericum calycinium, Polygonum affine, geraniums vivaces, liriope… accompagnées parfois de bulbes.

En 13 ans, ce sont près de 4 000 m² qui ont été plantés de plantes tapissantes pour limiter l’usage des désherbants, de protéger les sols, et de supprimer toutes les nuisances engendrées par les tontes.

Il y a déjà une dizaine d’années que la ville de Châtenay-Malabry avait amorcé une baisse d’utilisation des pesticides. Le choix des produits utilisés contre « les nuisibles » s’orientait vers les produits les moins polluants ou nocifs pour l’environnement.

3 fleurs au concours des Villes Fleuries depuis 2008

Le « Zéro phyto »

C’est donc tout naturellement que nous sommes passés en 2017, au « Zéro Phyto  » le désherbage chimique a été remplacé par désherbeur thermique, produit bio. Les pieds d’arbres ont été débroussaillés et non plus traités, les fils d’eau ont été traités mécaniquement soit avec la balayeuse du service voirie, équipée de brosses métalliques, le paillage systématique des massifs pour limiter l’enherbement, la diminution des surfaces engazonnées et remplacement par des plantes tapissantes.

Lutte biologique contre les chenilles processionnaires du chêne et du pin :

2018 – 1ère phase : installation de 30 nichoirs à mésanges

2019-2020  – 2ème phase : 40 nichoirs à mésanges et 4 gites à chauves-souris

2019-2020 – Pose d’écopièges

2018 – Mise en place du premier mobilier en plastique recyclé (nouveau cimetière)

2019 – Acquisition de matériel électrique plus respectueux de l’environnement  et d’un désherbeur à air chaud (baisse des nuisances sonores et de la pollution de l’air)

2017 – Installation de sondes de pluie sur les circuits d’arrosage automatique qui a permis  d’économiser 43 % de la consommation d’eau.

2018 – Mise en place de l’opération « Toutous propres »

l’Habitat, transport, tranquillité


Notre engagement : Engager une rénovation ambitieuse de la Cité-jardin, fleuron de notre patrimoine

Ce que nous avons fait :

Lancé par la Ville et Hauts-de-Bièvre-Habitat, le projet de rénovation de la Cité-Jardin a pour ambition d’améliorer les conditions de vie des locataires. L’opération engagée va apporter une réponse pérenne aux nombreux problèmes auxquels les locataires sont confrontés au quotidien, et leur permettre de bénéficier, comme tout un chacun, de logements adaptés aux normes de confort actuelles.

Des problèmes qui rendent la vie difficile aux locataires

Problèmes d’humidité et d’isolation phonique des logements ;

Problèmes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ;

Surfaces des logements trop petites, qui ne correspondent pas aux normes en vigueur aujourd’hui ;

Nombre insuffisant d’appartements de 4 ou 5 pièces pour pouvoir répondre aux besoins des familles : sur les 3.300 logements de la Cité-jardin, nous ne comptons que 544 T4 et 46 T5, soit à peine 18% du total ;

Problèmes de stationnement ;

Absence de mixité sociale, puisque la Cité-jardin est composée exclusivement de logement très social.

Pour engager cette rénovation, la Ville a mené un travail très précis avec les services de l’État, qui vise à définir, pour chaque bâtiment, le type d’intervention nécessaire (réhabilitation, restructuration ou démolition/reconstruction) en fonction de la qualité du bâti et des problèmes rencontrés.

Le Maire Georges Siffredi est fermement décidé à mener à bien cette rénovation indispensable pour :

  • offrir des conditions de vie meilleures aux locataires
  • conserver le plan d’urbanisme et la qualité paysagère de la Cité-jardin, qu’il veut consolider et valoriser – en développant notamment les jardins familiaux – et donc de ne pas construire sur les espaces libres ;
  • affirmer l’unité esthétique de la Cité-jardin, à travers la définition de prescriptions architecturales.

Sur chacun de ces périmètres, la Ville souhaite procéder aux 3 types d’intervention possible sur le bâti : réhabilitation (agrandissement des appartements, mises aux normes, accessibilité…), restructuration lourde (extension et surélévation pour la mise en place d’ascenseur, agrandissement des appartements, mises aux normes, accessibilité…) et démolition/reconstruction.

Le relogement des locataires au cas par cas

Trois sites ont été retenus pour engager les premières opérations de rénovation : ce qui représente 251 logements. Plus d’une centaine de locataires ont déjà été relogés en fonction de leur souhait et en gardant le même prix de loyer au m2. Certains ont souhaité rester dans la Butte Rouge, d’autres ont saisi l’opportunité pour partir en province pour leur retraite, d’autres encore ont été relogés dans différents quartiers de la Ville. Les déménagements ont été pris en charge par le bailleur. Chaque situation est examinée au cas par cas pour proposer un logement qui convienne le mieux. Et d’ailleurs, les locataires qui ont été relogés se disent très satisfaits !


Notre engagement : Favoriser la mixité sociale, condition indispensable au « bien-vivre » ensemble

Ce que nous avons fait

Afin de permettre un parcours résidentiel complet à Châtenay-Malabry, nous avons poursuivi les efforts que nous avons entrepris pour diversifier le parc de logements en développant les offres en matière d’accession sociale à la propriété. Nous avons permis ou faciliter la vente d’appartements aux locataires de résidences sociales. Avec l’écoquartier LaVallée, nous diversifierons l’offre de logements en construisant des logements sociaux intermédiaires.

Ainsi l’opération « L’Orée du bois » réalisée par Hauts-de-Seine Habitat comportait 64 logements en accession sociale à la propriété et a été livrée en septembre 2017 sur un terrain cédé par la Ville, en lisière du bois de Verrières.

Par ailleurs, dans plusieurs bailleurs sociaux ont donné à leurs locataires de devenir propriétaires de leur logement :

  • France Habitation – rue Léon Martine : 26 appartements ; avenue Séverine : 52 appartements ; 12 chemin de la Justice : 47 appartements.
  • SNI – 19/21 rue Léon Martine : 12 appartements
  • 1001 Vies Habitat (ex Logement Francilien) – 42/50 Chemin de la Justice : 66 appartements

Notre engagement : Mettre en place le Très Haut Débit en partenariat avec le Conseil Général

Ce que nous avons fait :

En 2019, 15 540 logements et locaux professionnels sont éligibles soit 95% des adresses ; parmi eux 90% des pavillons. (Il reste encore des adresses pour lesquelles le syndic n’a pas voté en AG l’autorisation de raccordement). Les travaux sont en phase finale d’achèvement pour une éligibilité totale de la ville cette année.

Lancé par le Département, le déploiement de la Fibre a pris du retard à suite à la cession de l’ancien réseau Sequalum à Covage : en 2017. Le département a lancé une procédure contre Sequalum suite à de graves manquements dans l’exercice de son contrat. En parallèle Orange a poursuivi le déploiement de la fibre. En 2019, le réseau a été déployé sur toute la ville (haute et basse densité) et va s’achever au cours du 1er semestre 2020.


Notre engagement : Poursuivre l’effort de propreté des espaces publics

Ce que nous avons fait :

Déchèterie mobile de proximité :

En complément de la décheterie gratuite et accessible aux Châtenaisiens, situé à Verrières, nous avons mis en place, avec le Territoire Vallée Sud du Grand Paris, deux déchèteries mobiles de proximité pour lutter contre les dépôts sauvages (équipements électriques et électroniques notamment). Installées sur le parking de Noveos au Plessis Robinson et au Centre Technique Municipal de Bourg la Reine elles sont accessibles gratuitement à tous les Châtenaisiens les 2eme et 3eme samedis du mois sur présentation d’une pièce d’identité.

Enlèvement des encombrants à la demande : Depuis la fin 2019, en complément de la collecte mensuelle en porte à porte, les Châtenaisiens ont la possibilité de faire collecter leurs encombrants sur RDV. Plus besoin d’attendre la date collecte pour sortir ses encombrants le jour J. Il suffit de téléphoner ou de se connecter sur le site internet de Vallée Sud Grand Paris pour prendre RDV pour que les encombrants soit collectés. Cela permet de choisir un jour et un créneau horaire d’une demi-journée (à l’exception de la veille de la collecte mensuelle).

Equipe municipale dédiée :

Une équipe municipale de 2 à 3 personnes intervient en cas de dépôt sauvage (en plus des équipes du Territoires Vallée Sud qui a la compétence en matière de gestion des déchets).

Opération « Toutou propre » :

Déploiement du dispositif « Toutou  propre » distribution gratuite à l’accueil de la mairie de sacs permettant de ramasser les déjections canines. Des articles paraissent régulièrement dans le journal municipal « Les Nouvelles de Châtenay-Malabry » afin de rappeler les règles à respecter concernant le ramassage des déjections canines et d’expliquer les modalités de distribution de ces sachets. La commune a fait le choix de ne pas installer de distributeurs de sachets dans tous les quartiers de la ville. En effet, ce procédé a montré ses limites. Les  communes qui l’ont mis en place sont confrontées à d’autres types d’incivilités (distributeurs vidés de leurs sachets pour d’autres usages ou endommagés, …) De plus, il nécessite de mobiliser du personnel communal pour gérer leur approvisionnement régulièrement.


Notre engagement : Sur les terrains libérés par l’Ecole Centrale : nous aménagerons un Ecoquartier paysager

Ce que nous avons fait :

s 2012 Georges Siffredi a lancé une large consultation avec les Châtenaisiens sur le projet pour définir le programme et expliquer les enjeux. En juillet 2017, l’école Centrale emménageait sur le plateau de Saclay et dès octobre, les travaux de désamiantage et de déconstruction commençaient.

La promenade plantée LaVallée : une succession de jardins à thèmes sur 2 ha reliant la Coulée Verte et le Parc de Sceaux. (crédit : DR)

Avec l’aménagement de LaVallée, nous voulons faire de ce site, jusqu’à présent totalement fermé sur lui-même, un écoquartier paysager, largement ouvert sur le reste de la Ville pour que tous les Châtenaisiens puissent en profiter.

Georges Siffredi

Un écoquartier vivant et animé

  • une trentaine de boutiques de vêtements, de sports, de loisirs, décoration, bien-être, etc.. avec une offre de restauration variée et un supermarché
  • des équipements publics : crèche, écoles, collège
  • une ferme urbaine
  • un tiers-lieu dans l’ancien gymnase des Centraliens, entièrement rénové et réaménagé pour devenir un espace de vie et d’animations éphémères au cœur du quartier, proposant une programmation variée et participative, dans l’esprit décalé qui caractérise les tiers-lieux
  • le siège social de Lidl France.
  • une offre de logements mixtes : privés et sociaux

LaVallée : un écoquartier exemplaire et novateur

Un écoquartier résolument vert

Les 8 hectares d’espaces publics, constitués pour la moitié d’espaces verts dont une longue promenade plantée reliant la ferme urbaine (au pied de la coulée verte du TGV) au parc de Sceaux. Elle créera un couloir de biodiversité entre ses deux espaces verts majeurs sur ce site, à l’origine reconnu comme écologiquement pauvre. Elle sera composée d’une succession de jardins à thèmes, avec des jardins calmes, des jardins saisonniers, des jardins d’eau et de brume qui proposeront des espaces de jeux différents, adaptés à toutes les tranches d’âge, des lieux de détente et de rencontre et des tables de jeux. Un parcours de santé qui reliera ces jardins entre eux, proposera des modules de remise en forme, et des agrès en libres d’accès. Avec ses toitures végétalisées, ses cœurs d’ilôts verts constituant des ilôts de fraîcheur, sa gestion des eaux de pluie écologiques, l’utilisation de dispositifs et de matériaux respectueux de l’environnement, ses cheminements piétonniers et cyclables, LaVallée sera un nouveau lieu de promenade et d’agrément ouvert à tous les Châtenaisiens.

(Crédit : DR)

Une ferme urbaine

La ferme urbaine (crédit : DR)

La ferme urbaine permettra de répondre aux exigences d’une agriculture raisonnée, privilégiant les filières courtes, tout en s’inscrivant dans la tradition d’arboriculture et de pépinières qui a marqué l’histoire de notre ville. Elle alimentera les cuisines du groupe scolaire et proposera aux Châtenaisiens des ventes, cueillettes et animations pédagogiques.

L’innovation pour répondre à nos exigences en matière de Développement durable

Les matériaux reclyclés et réemployés 
90 % des bétons issus de la déconstruction des anciens bâtiments de l’école Centrale (60 000 m3 ), après être concassés et triés sont réutilisés pour l’aménagement des voiries (en cours d’achèvement). C’est une première en France à cette échelle.
Ensuite, ce sera le tour des immeubles d’habitation, qui seront construits avec des bétons composés au minimum de 30 % de granulat recyclé (et peut être plus… des recherches sont actuellement en cours pour créer des bétons 1OO % recyclés. )

Cette technique innovante a permis de faire l’économie sur le site de 6 000 camions (évacuation et approvisionnement).

Economie circulaire et réemploi
Le chantier a permis de développer une économie circulaire autour des filières de réemploi par la formation et l’insertion de personnes éloignées de l’emploi. En collaboration avec l’IDSU (Insertion Développement Social Urbain), nous avons travaillé avec l’association Réavie, pour récupérer les matériaux récyclables ou réutilisables de l’ancienne école. Pour effectuer cette tâche, des Châtenaisiens ont été embauchés et formés. Plus globalement, des clauses de réinsertion ont été introduites dans les appels d’offres liés aux chantier. Au total, le chantier de l’écoquartier LaVallée offrira 250 000 heures de travail à 400 personnes en réinsertion .

Notre démarche durable et innovante déjà saluée et récompensée

Le Conseil régional d’Ile-de-France a déjà récompensé le futur écoquartier dans le cadre du dispositif « 100 quartiers innovants et écologiques ». Cette distinction permet à la ville de bénéficier dès cette année, de 4 millions d’euros pour l’aménagement du futur groupe scolaire, exemplaire en terme de conception écologique (façades en béton de chaux sec, cloison en terre et chanvre, toit végétalisé…).

Le Département nous a décerné le Prix de l’innovation interdépartemental (Hauts-de-Seine et Yvelines » pour la qualité et le niveau d’innovation du projet.

Nous visons le label national EcoQuartier qui, depuis la phase des travaux jusqu’à la livraison, fixe des objectifs très exigeants en matière de développement durable et d’innovation urbaine. Mais nous ne recherchons pas l’innovation pour l’innovation : nous voulons un quartier agréable à vivre et animé, pour le bien-être de celles et ceux qui vont le fréquenter, s’y promener, faire leurs courses ou y habiter.Le dossier de labellisation Eco quartier est en cours d’instruction. L’exigence sur les modes constructifs (ex : l’école en terre coulée, ou de futurs bâtiments en structure bois) vont dans le sens de ce label, tout comme la ferme urbaine étendue sur un ha, dont les produits seront vendus sur place ou à la cuisine centrale pour les écoles municipales.

Calendrier

Depuis 2018 à fin 2019 : déconstruction des immeubles de l’ancienne école, concassage des bétons, récupération des équipements

Fin 2019 – début 2020 : aménagement des futures voiries et début de construction des nouveaux immeubles.

Fin 2021-début 2022 : livraisons des commerces, création de la promenade plantée (1ère phase) , de la ferme urbaine, et logements.

Début 2022 – 2024 : ouverture du groupe scolaire, ouverture du Tiers-lieu, début des livraisons de la 2e phase des logements et livraison du Collège

2024-2026 : 3e tranche de logements.


Notre engagement : Développer le dispositif de la Gestion urbaine proximité (GUP)

Ce que nous avons fait

La gestion urbaine de proximité s’est organisée à Châtenay-Malabry dès 2012 sous convention avec l’Etat 2012-2015. Il s’agit d’une démarche partenariale et coordonnée entre l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion du quartier et l’amélioration du cadre de vie.

La convention 2017-2020 de «  Gestion Urbaine et Sociale de Proximité (GUSP) » constitue aujourd’hui une des priorités du contrat de ville nouvelle génération 2015-2020 et de son programme d’action thématique “ cadre de vie et renouvellement urbain”. Elle s’intercale entre les objectifs du contrat ville, du programme de rénovation urbaine et le contrat de proximité convenu entre le bailleur Hauts-de-Seine Habitat et la ville de Châtenay-Malabry (signé en mars 2016)

Ses objectifs sont les suivants :

  • Améliorer le cadre de vie
  • Favoriser la tranquillité publique des châtenaisiens
  • Renforcer les liens entre les approches urbaines et les approches sociales
  • Soutenir la mise en œuvre du Programme de Rénovation Urbaine en accompagnant les habitants à la transformation de l’habitat
  • Soutenir la mise en œuvre des différentes phases de travaux : organisation et repérage en matière d’entretien et de sécurité.

La poursuite des actions conduites par les équipes de la GSUP, dont la présence sur le terrain a montré l’efficacité ont permis de prévenir les incivilités et les dégradations et, ainsi, améliorer le cadre de vie et la sécurité de tous.


Notre engagement : Renforcer l’action du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance  (CLSPD)

Ce que nous avons fait

Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance assure la complémentarité entre la prévention, la sécurité et la solidarité pour prévenir la délinquance et assurer la tranquillité publique, grâce à un partenariat entre la police nationale, la police municipale et les acteurs concernés.

En signant dès le 9 novembre 2000 son Contrat Local de Sécurité, la Ville de Châtenay-Malabry s’est dotée d’un dispositif permettant de conduire une véritable politique globale de sécurité publique, de la prévention jusqu’à la sanction, en mobilisant sur des objectifs précis, les moyens de l’Etat qui conserve seul la compétence juridique en la matière.

En réactualisant le Contrat Local de Sécurité (signé le 9 novembre 2000) l’Etat et la Ville de Châtenay-Malabry souhaitent réaffirmer leur volonté de conduire une politique globale de sécurité qui privilégie :

  • La proximité comme objectif d’intervention et de pilotage,
  • L’efficacité par un renforcement de l’action et des moyens des services qui concourent à la sécurité (aide aux victimes, Police de proximité, lutte contre la récidive, lutte contre la toxicomanie, Gestion Urbaine et sociale de Proximité, prévention situationnelle…).

En faisant de la sécurité et de la lutte contre le sentiment d’insécurité une priorité, la commune organise sa politique à partir d’axes prioritaires :

  • Permettre à la Police Municipale d’être plus opérationnelle,
  • Consolider les dispositifs locaux liés à la prévention et la sécurité,
  • Conduire des actions liées à la sécurisation des biens et des personnes,
  • Assurer la tranquillité des habitants et lutter contre les risques d’insécurité,
  • Renforcer la prévention de la délinquance.

Le CLSPD s’inscrit dans le cadre du Contrat Ville 2015-2020 de Châtenay-Malabry, dont il constitue l’organe de pilotage et d’évaluation de l’axe 7 « prévention de la délinquance » du pilier « cadre de vie et renouvellement urbain ».


Notre engagement : Poursuivre les dispositifs « Tranquillité Vacances » et « Tranquillité Séniors »

Ce’ que nous avons fait

Nous avons poursuivis ces opérations qui ont fait leur preuve, que ce soit pour prévenir le démarchage frauduleux ou pour assurer des rondes de surveillance en cas d’absence du domicile. Ces services fonctionnent toute l’année.

en 2019 : 158 familles ont souhaité que leur domicile soit surveillé en leur absence

en 2019 : 29 séniors ont fait appel au service Tranquillité Séniors

Ce que nous avons fait en +

La protection des secteurs pavillonnaires

A Châtenay-Malabry, comme dans toutes les communes de la petite couronne, on constate que l’habitat individuel subit de plus en plus la pression de promoteurs privés qui cherchent à réunir plusieurs parcelles pour construire des immeubles collectifs. Pour éviter ces programmes qui menacent les quartiers pavillonnaires, sans pour autant pénaliser les propriétaires, qui doivent pouvoir agrandir leur maison s’ils le souhaitent, nous avons modifié le PLU en introduisant une variation des droits à construire en fonction de la superficie de la parcelle :

  • plus le terrain est grand, plus les droits à construire sont contenus ;
  • pour les plus grandes parcelles, on impose jusqu’à 65% de pleine terre.
    Applicables en zone Up du PLU, cette « dégressivité » des surfaces constructibles, associée à l’augmentation progressive des surfaces de pleine terre, sont de nature à empêcher les promoteurs de construire des collectifs et, ainsi, à préserver le cachet de nos secteurs pavillonnaires.
    Pour accepter cette mesure, le préfet nous a demandé de garantir qu’elle n’allait pas remettre en cause l’objectif de production de logements fixé pour notre ville.
    Car c’est l’État qui impose la densification à toutes les communes, quelle que soit leur couleur politique : il a fixé un objectif de 70.000 logements supplémentaires par an pour répondre aux besoins en Ile-de-France.
    Nous mettons tout en œuvre pour que cet objectif ne porte pas atteinte aux caractéristiques de notre Ville : certains secteurs connaissent des évolutions importantes – avenue de la Division Leclerc et principaux axes, écoquartier LaVallée –, d’autres doivent au contraire être préservés, pour conserver l’équilibre harmonieux qui fait le charme et l’identité propre de Châtenay-Malabry.