Son parcours, son expérience,

« Quand je suis arrivé à Châtenay-Malabry, notre ville était alors endormie et sans âme ; elle cumulait les retards dans tous les domaines. Pourtant je sentais que Châtenay-Malabry et ses habitants possédaient des forces et des énergies qu’il fallait faire émerger. C’est certainement là l’origine de mon engagement, car j’aime profondément notre ville et je suis très attaché à ses habitants. Aujourd’hui encore, mon engagement et ma motivation sont toujours aussi forts»

Son parcours

C’est en 1984 que Georges Siffredi s’installe avec sa famille à Châtenay-Malabry.

Cinq ans plus tard, il se présente aux élections municipales. Il échoue au second tour face au maire PS sortant Jean Vons, et devient le chef de file de l’opposition au sein du Conseil municipal.

En 1992, toujours face à Jean Vons, il se présente aux élections cantonales. Il est élu avec 55,31% des voix. Âgé de 35 ans, il est non seulement le benjamin du Conseil général mais aussi, à l’époque, le plus jeune conseiller général de l’histoire des Hauts-de-Seine.

Deux ans plus tard, il est élu vice-président du conseil général chargé du logement.

En juin 1995, il devient maire de Châtenay-Malabry en remportant les élections municipales dès le premier tour avec 50,82% des voix. Son élection met fin à 70 ans de gestion socialiste.

Artisan inlassable du renouveau de la ville et animé par la volonté ferme de redresser notre ville, il sera réélu dès le premier tour en 2001 (avec 53% des suffrages)

Suppléant de Patrick Devedjian aux élections législatives de juin 2002, Georges Siffredi occupe le siège de député de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine, à deux reprises lorsque Patrick Devedjian est nommé ministre : de 2002 à 2005 puis de 2009 à 2010.

En 2008, il est réélu dès le premier tour à la tête de liste « Nous prenons notre ville à cœur » avec  52,77%.

La même année, il devient Président de la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre, qui sera remplacée en 2016 par le Territoire Vallée Sud Grand Paris où il occupe la 1ère Vice-Présidence.

En mars 2011, il se présente aux élections cantonales face à Michèle Canet, conseillère générale sortante et présidente du groupe PS à l’Assemblée départementale. Il manque l’élection dès le premier tour en obtenant le meilleur score des candidats UMP du département avec plus de 49 % des voix. Au second tour, il remporte l’élection avec 58 % des suffrages.

Parmi les 24 cantons renouvelés lors de ce scrutin, celui de Châtenay-Malabry est alors le seul du département à basculer de gauche à droite. La 2e vice-présidence du Conseil général est confiée à Georges Siffredi, avec une délégation qui couvre la politique de la ville.

Il sera réélu en binôme avec Nathalie Léandri au Département en 2015 avec + de 57% des voix, dès le premier tour sur le canton (Châtenay-Malabry ; Sceaux et le Plessis-Robinson). Il occupe depuis la 1ère Vice-Présidence.

En 2014, dès le 1er tour de l’élection municipale, il est réélu à la tête de la liste « Notre ville avance » avec près de 67% des suffrages.

Repères

Des mandats qui lui ont forgé une solide expérience et une parfaite connaissance des collectivités territoriales

Georges Siffredi

Depuis 1995 : Maire de Châtenay-Malabry

——————————————————

1992-1994 : Conseiller général

1994-1998 : Vice-Président du Conseil général des Hauts-de-Seine, délégué au Logement

2002-2005 : Député des Hauts-de-Seine (13ème circonscription)

2003-2015 : Vice-Président puis président de la Communauté d’agglomération des Hauts-de-Bièvre

2009-2010 : Député des Hauts-de-Seine (13ème circonscription)

Depuis 2011 : 5e Vice-Président puis 1er Vice-Président du Département des Hauts-de-Seine

Depuis 2016 : 1er Vice-Président de Vallée Sud Grand Paris et 2e Vice-Président de la Métropole du Grand Paris