Pour la Solidarité, la Prévention et le Handicap

Cliquez sur chaque engagement du programme municipal 2014-2020 pour lire le détail.

Mettre en place un dispositif de micro-crédit à taux zéro

Ouvrir un pôle social pour proposer des services élargis aux familles

Réaliser le nouveau Centre Social Lamartine

Renforcer les actions de sensibilisation et de prévention en faveur de la santé et du bien-être de tous

Ouvrir une résidence sociale

Renforcer les actions en faveur de l’insertion des personnes handicapées

Continuer de favoriser le maintien à domicile des séniors tout en luttant contre leur isolement

Ce que nous avons fait en +


Notre engagement : Mettre en place un dispositif de micro-crédit à taux zéro

Ce que nous avons fait

Les contraintes importantes – et non annoncée avant l’élection de 2014 – qui ont pesé sur les finances des collectivités locales, avec une baisse sans précédent des dotations de l’État de 2014 à 2017 (baisse cumulée de 28 milliards d’euros au niveau national, et de près de 12 millions d’euros à Châtenay-Malabry) ce projet qui nécessite un apport de fonds conséquent au départ, ainsi qu’une équipe dédiée à sa mise en œuvre et son suivi, n’a pas pu être réalisé.

Dans ce contexte, nous avons décidé de ne pas mettre en place ce dispositif car la Croix-Rouge, qui propose déjà son propre dispositif de micro-crédit, n’a pas repéré un besoin prégnant dans ce domaine ces dernières années.

En revanche, pour répondre à un besoin clairement identifié à Châtenay-Malabry, nous avons soutenu et accompagné l’association « Bol d’air », pour qu’elle ouvre une épicerie sociale et solidaire. Cette structure met à la disposition d’un public confronté à des difficultés financières des denrées alimentaires et des produits du quotidien à des prix considérablement réduits, et propose un dispositif d’écoute et d’accompagnement pour aider les bénéficiaires à surmonter leurs difficultés et favoriser le retour à une situation autonome et viable (les économies réalisées leurs permettent par exemple d’apurer leurs dettes ou de reprendre le paiement du loyer).

105 familles châtenaisiennes (soit 313 personnes) ont bénéficié de l’accompagnement de l’épicerie sociale et solidaire, en général pour une durée de 4 mois (8 mois dans 20% des cas). En payant 11.000€, elles ont acquis des denrées alimentaires et des produits d’hygiène et d’entretien représentant, dans le commerce « normal », une valeur totale de plus de 90.000€.

Au-delà du soutien financier, l’épicerie sociale contribue à redonner confiance aux personnes bénéficiaires : accueil chaleureux et personnalisé, animations et activités pour renouer des relations sociales (sortie à Thoiry avec 110 personnes, coiffure brushing pour toutes les bénéficiaires en fin d’année, denrées spéciales pour les fêtes,…).

L’association « Bol d’air », animée par 65 bénévoles réguliers (et plus de 100 au moment des collectes), bénéficie du soutien logistique et financier de la Ville.


Notre engagement : Ouvrir un pôle social départemental pour proposer des services élargis aux familles

ce que nous avons fait

Le Pôle social départemental Jules Verne, qui a ouvert ses portes en septembre 2016, réunit les professionnels du secteur social et médico-social du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, et propose ainsi aux familles châtenaisiennes un guichet unique, facilement accessible, pour une prise en compte encore plus efficace de leurs attentes :

  • Regroupement sur un même site de services jusqu’alors dispersés sur différents sites : le centre de la PMI (Protection maternelle et infantile), les assistantes sociales de l’EDAS (Espace départemental d’actions sociales), le centre de planification et d’éducation familiale
  • Ouverture de nouveaux services avec la permanence de la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées, située à Nanterre) pour faciliter les démarches des personnes en situation de handicap, ainsi que des permanences de l’ASE (Aide sociale à l’enfance, située au Plessis-Robinson) et de la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie).

Notre engagement : Réaliser le nouveau Centre Social Lamartine

Ce que nous avons fait :

Les délais imposés par les études préalables et les procédures liées au lancement de la rénovation de la Cité-Jardin nous ont conduit à reporter la construction du nouveau centre Lamartine.

Mais l’épicerie sociale qui faisait partie du projet du nouveau centre social a pu voir le jour : inaugurée en octobre 2018, dans des locaux spécialement aménagé square Henri-Sellier (Demi-Lune), elle est animée par l’association Bol d’Air, avec le soutien financier et logistique de la Ville.

Elle permet de mettre à la disposition d’un public confronté à des difficultés financières des denrées alimentaires et des produits du quotidien à des prix considérablement réduits, et propose un dispositif d’écoute et d’accompagnement pour aider les bénéficiaires à surmonter leurs difficultés et favoriser le retour à une situation autonome et viable (les économies réalisées leurs permettent par exemple d’apurer leurs dettes ou de reprendre le paiement du loyer).

105 familles châtenaisiennes (soit 313 personnes) ont bénéficié de l’accompagnement de l’épicerie sociale et solidaire, en général pour une durée de 4 mois (8 mois dans 20% des cas). En payant 11.000€, elles ont acquis des denrées alimentaires et des produits d’hygiène et d’entretien représentant, dans le commerce « normal », une valeur totale de plus de 90.000€.

Au-delà du soutien financier, l’épicerie sociale contribue à redonner confiance aux personnes bénéficiaires : accueil chaleureux et personnalisé, animations et activités pour renouer des relations sociales (sortie à Thoiry avec 110 personnes, coiffure brushing pour toutes les bénéficiaires en fin d’année, denrées spéciales pour les fêtes,…).

L’association « Bol d’air », animée par 65 bénévoles réguliers (et plus de 100 au moment des collectes), bénéficie du soutien logistique et financier de la Ville.


Notre engagement : Renforcer les actions de sensibilisation et de prévention en faveur de la santé et du bien-être de tous

Ce que nous avons fait :

Lieu de ressources, d’information et de conseils en matière de prévention santé, l’Espace Prévention Santé (EPS) est animé par une équipe de 4 professionnels (dont un médecin coordinateur et une psychologue). Il développe un programme d’actions variées et complémentaires :

  • Ateliers d’information, stands de sensibilisation, conférences, débats, expositions,…
  • Relais des campagnes nationales et mondiales de santé et de dépistage : journées de dépistage des maladies cardiovasculaires, du cancer du sein, tests de la vision, tests de l’audition,…
  • Accueil de groupes (enfants, adolescents, adultes, parents/enfants…) pour des temps d’échanges sur la santé et la prévention
  • • Accueil gérontologique pour l’accompagnement des familles des séniors : conseils, orientation.
  • Permanences d’une psychologue, 2 fois par semaine

L’EPS touche chaque année plus de 3.800 personnes :

  • 30% d’adultes
  • 36% d’adolescents
  • 21% d’enfants
  • 9% de séniors
  • 4% de professionnels, en soutien aux pratiques, notamment pour la petite enfance.

Au-delà des actions mises en œuvre par l’EPS, nous avons mis en place, depuis 2016, une coordination Médico-Psycho-Sociale pilotée par le CCAS et l’IDSU, qui réunit l’ensemble des institutions et associations qui agissent dans les domaines de la santé et de la prévention :

  • Création d’un maillage partenarial pour agir plus rapidement et favoriser la complémentarité des compétences autour d’une réponse adaptée à la problématique individuelle de chaque Châtenaisien en difficulté.
  • Mise en œuvre d’actions de sensibilisation des professionnels pour l’accueil de personnes présentant des troubles mentaux, relevant de l’aide sociale à l’enfance (pour les centres de loisirs) ou encore atteintes de la maladie d’Alzheimer.
  • Développement d’un groupe de travail consacré à la lutte contre les violences faites aux femmes afin de mieux coordonner l’action de chaque partenaire local dans l’accompagnement des femmes en difficultés.
  • Création d’un Conseil Local en Santé Mentale avec les partenaires des secteurs psychiatrique et social.
  • Développement d’un groupe de travail sur la mutualisation des actions de prévention santé sur des thématiques communes comme « la semaine de la gestion des émotions » et « les conséquences de l’abus de l’exposition aux écrans ».
  • Développement d’un groupe de travail sur le handicap avec l’ensemble des partenaires du secteur médico-social local, afin de mettre en œuvre une action collective et partenariale de sensibilisation du grand public.

Enfin, nous avons continué à développer des activités et des ateliers à l’Espace Séniors pour lutter contre l’isolement et favoriser le maintien en bonne santé par l’exercice physique (Zumba, cardio-boxing, body-mind, aquagym, danse country, chorale …).

C’est dans cet esprit que nous avons voulu que Châtenay-Malabry soit ville-pilote pour le programme « Juvénior », initié par le Conseil départemental et l’Institut des Hauts-de-Seine. Inauguré fin 2016, ce projet innovant s’appuie sur les progrès du numérique pour proposer un espace interactif accompagnant les plus de 65 ans au quotidien. Il assure ainsi un suivi personnalisé, dispensant des conseils en matière de santé, d’activités et de loisirs, afin de leur permettre de rester actifs et autonomes le plus longtemps possible, d’anticiper l’apparition des premières fragilités, d’éviter l’isolement, et de valoriser leur créativité et leur engagement au sein de la société.


Notre engagement : Renforcer les actions en direction des jeunes en situation de décrochage scolaire ou de rupture sociale 

Ce que nous avons fait :

Nous avons mis en place des dispositifs de prévention et d’accompagnement inscrits dans la durée, qui permettent d’assurer un suivi régulier des jeunes en difficultés, notamment dans les quartiers relevant de la « Politique de la Ville »

Le service de la Prévention spécialisée et le Point Insertion Emploi :

Les équipes de prévention spécialisée interviennent auprès d’une population de jeunes et jeunes adultes entre 11 et 25 ans, en rupture et/ou en souffrance, pour favoriser leur insertion sociale et professionnelle. Elles proposent un accompagnement en amont, par le biais d’actions ciblées, individuelles et collectives, visant à empêcher les processus de marginalisation, d’exclusion ou de repli communautaire. Les problématiques traitées concernent le décrochage scolaire, les difficultés familiales, les conduites à risques et les problèmes de santé, les difficultés financières ou encore l’accès aux droits.

Prévention spécialisée / Point Insertion Emploi 201420152016201720182019
Nb de jeunes bénéficiant d’un accompagnement socio-éducatif (Prévention Spécialisée) 198205217212228236
Nb de jeunes bénéficiant d’un suivi socio-professionnel (Point Insertion Emploi) 166172154151158163
TOTAL364377371363386399

Le programme de Réussite éducative :

Dispositif majeur de la Politique de la Ville, la Réussite éducative permet de mettre les enjeux d’éducation au cœur des dispositifs de prévention et d’accompagnement social, en étroite collaboration avec l’Éducation nationale (Réseau d’éducation prioritaire) et les institutions de droit commun (pôle Solidarités du Conseil départemental des Hauts-de-Seine et Caisse d’allocations familiales).

La Réussite éducative s’adresse aux enfants de 2 à 16 ans présentant des difficultés, pour les inscrire dans un parcours de réussite sociale, culturelle et scolaire, grâce à un accompagnement individualisé des jeunes et/ou de leur famille.

Si la scolarité tient une place fondamentale dans la vie des 2-16 ans, leur épanouissement et leur réussite ne dépendent pas seulement de la question scolaire. C’est pourquoi les équipes travaillent à une cohérence éducative d’ensemble, visant à développer le potentiel de chaque enfant non seulement par l’acquisition des savoirs académiques – prérogative de l’Éducation nationale – mais aussi par l’appropriation des valeurs et attitudes nécessaires à l’insertion professionnelle et à la réussite d’objectifs personnels (autonomie, bien-être, mobilité,…).

Réussite éducative201420152016201720182019
Nb de jeunes bénéficiant d’un accompagnement individualisé (lutte contre le décrochage ou l’échec scolaire, clubs Coup de pouce, tutorat scolaire) 248227238247249294
Nb de jeunes participant à une action collective (devoirs de vacances, contrat local d’accompagnement à la scolarité) 157117112107142157
TOTAL405344350354401451

L’accompagnement à la parentalité :

En complément, des actions spécifiques sont également mises en œuvre pour accompagner les parents et les aider à surmonter les difficultés qui les empêchent d’assumer leur mission éducative. Ce sont très largement les mères de familles qui participent à ce type de dispositif (80% de femmes en moyenne) :

  • Actions collectives : « Point Info Famille », labellisé par la Caisse d’allocation familiale ; Ateliers des parents (en moyenne 7 ateliers par an, 10 à 12 personnes par atelier) ; Cafés des parents (au Pédiluve du théâtre La Piscine, une fois par trimestre),…
  • Suivis individualisés à la demande des familles ou d’institutions
Accompagnement à la parentalité201420152016201720182019
Nb de personnes bénéficiant d’un accompagnement individualisé 250215350305334319
Nb de personnes participant à une action collective450582450450500495
TOTAL700797800755834814

Au-delà de ces actions ciblées, l’EPS (Espace Prévention Santé) développe des actions avec l’ensemble des établissements scolaires de la commune : actions en prévention sur le sommeil, l’alimentation, les conséquences des écrans, les addictions, les violences, les rapports respectueux entre filles et garçons, la sexualité, le harcèlement sur les réseaux sociaux ou encore les méthodes de révisions.


Notre engagement : Ouvrir une résidence sociale

Ce que nous avons fait :

Ouverte en juillet 2014, la résidence sociale propose 67 logements meublés. Elle accueille des personnes qui, en raison de difficultés sociales et financières, ne peuvent accéder à un logement de droit commun (familles monoparentales avec enfant, victimes de violences, jeunes actifs en insertion professionnelle,…).

Le CCAS (Centre communal d’action social) assure l’accompagnement des résidents, qui n’ont pas vocation à y rester durablement : la résidence sociale constitue en effet une étape de (ré)insertion dans un parcours résidentiel « normal ».





Notre engagement : Renforcer les actions en faveur de l’insertion des personnes handicapées

Ce que nous avons fait :

Déplacements, transports, stationnement, accessibilité des bâtiments publics, accueil dans nos écoles, centres de loisirs, équipements culturels et sportifs : c’est dans tous les domaines de l’action municipale que la Ville agit, afin de favoriser l’inclusion des personnes porteuses de handicap.

Ainsi, indépendamment des travaux réalisés pour améliorer l’accessibilité PMR, de nombreuses actions sont mises en œuvre :

Au niveau du Centre communal d’action sociale (CCAS), la référente handicap :

  • Assure un suivi individualisé pour accompagner les personnes handicapées et leurs familles et répondre à leurs questions dans tous les domaines de la vie quotidienne (habitat, aide technique, démarches administratives, scolarité, loisirs,…) : chaque année, la référente accompagne dans ce cadre une quarantaine de personnes (qui, dans 80% des cas, sont des adultes isolés).
  • Participe à une réseau partenarial pour sensibiliser le grand public et améliorer la diffusion de l’information sur la législation en faveur des personnes handicapées : organisation de ciné-débats avec le cinéma Le Rex, interventions au lycée Jean Jaurès, relais des demandes vers la MDPH,…
  • En 2019, à l’initiative de l’ensemble des partenaires impliqués dans la commission locale « Prévention Santé et Handicap », une semaine de sensibilisation a été créée : du 9 au 13 décembre, elle a impliqué le lycée Jean Jaurès, la Maison d’accueil spécialisé La Source, Cap Jeunes, la médiathèque, le cinéma Le Rex, le centre social Lamartine, l’Espace Prévention Santé, le service des sports et le club de foot en fauteuil châtenaisien « Upsilon ».
  • Développe et anime des actions spécifiques en lien avec les ESAT et le centre Denise Croissant

Au niveau de l’accueil scolaire et périscolaire :

  • Notre Ville fut la première du département à ouvrir, il y a plus de 20 ans, une classe spécialisée pour l’accueil des autistes, en partenariat avec l’association APPEDIA (Association de parents et professionnels pour l’éducation, le développement et l’intégration des autistes) et, aujourd’hui, l’école Jean Jaurès compte 2 classes d’intégration. Nous n’avons jamais relâché nos efforts pour accompagner APPEDIA dans son travail en faveur de la scolarisation et de la socialisation des enfants et, dans le cadre de la reconstruction du groupe scolaire Jean Jaurès, des espaces seront aménagés spécifiquement pour poursuivre ce travail d’inclusion scolaire dans les meilleures conditions possibles.
  • Conformément à la charte Ville-Handicap signée dès 2003, les enfants en situation de handicap peuvent être accueillis dans les centres de loisirs et les accueils périscolaires, et bénéficier si nécessaire d’un accompagnement spécifique ou d’un aménagement d’accueil. Les animateurs formés veillent à l’intégration progressive de l’enfant et facilite son adaptation, l’accompagnant vers l’autonomie et la socialisation.

Au niveau des équipements culturels : les locaux de la médiathèque, du pôle culturel (Théâtre La Piscine et Conservatoire) et du cinéma Le Rex répondent naturellement à tous les critères d’accessibilité, mais vont au-delà en proposant des activités qui prennent en compte le handicap :

  • la médiathèque et la bibliothèque Louis-Aragon disposent de livres, documents et DVD adaptés aux personnes malvoyantes, nonvoyantes, sourdes ou malentendantes.
  • le théâtre La Piscine (qui offre des tarifs préférentiels aux personnes percevant l’Allocation Adulte Handicapé) développe des partenariats avec plusieurs établissements prenant en charge des personnes handicapées : places réservées pour les spectacles et accueil personnalisé des groupes, mais aussi activités culturelles. Ces échanges permettent aussi des rencontres avec des comédiens et des metteurs en scène.
  • le Conservatoire, qui adapte au cas par cas ses enseignements en fonction du type de handicap, accueille 40 élèves en situation de handicap. Cet établissement est « tête de réseau handicap » au niveau départemental, et développe des partenariats innovants avec l’hôpital de jour de Châtenay-Malabry (un cours hebdomadaire de musique), l’association APPEDIA (chorale d’enfants et adultes autistes), l’Institut thérapeutique Jacques Prévert (cours d’éveil et résidence d’artiste) ou encore, hors de la Ville, avec l’IME de Châtillon.

Ce recensement n’est pas exhaustif : des associations châtenaisiennes contribuent également à l’inclusion des personnes handicapées, pour leurs loisirs ou la pratique d’un sport, avec le soutien actif de la Ville (Country Handi Danse, club de foot fauteuil Upsilon, collecte de bouchons par l’association IDSU,…).


Notre engagement : Continuer de favoriser le maintien à domicile des séniors tout en luttant contre leur isolement

Ce que nous avons fait :

Nous avons maintenu la politique déterminée en faveur du maintien à domicile des Séniors, et nous avons renforcé et renouvelé le programme d’animations et d’activités proposées tout au long de l’année.

Nous favorisons le maintien à domicile grâce à 3 dispositifs complémentaires :

  1. Les prestations des aides à domicile et des auxiliaires de vie, qui interviennent auprès des personnes âgées de plus de 62 ans ou handicapées (taux d’invalidité égal ou supérieur à 80%) dont l’état de santé le justifie : cela représente désormais plus de 19.000 heures d’interventions par an, auprès de 150 bénéficiaires en moyenne. Si l’on a pu constater une baisse du nombre de personnes recourant à ce service (- 11% entre 2014 et 2018), on observe une nette augmentation du nombre d’heures d’interventions (+ 12% sur la même période) : cela s’explique par la baisse progressive du niveau d’autonomie des bénéficiaires, qui rend ce service de plus en plus essentiel dans leur vie quotidienne.

En 2018, à l’issue d’un audit externe, ce service du Centre communal d’action sociale (CCAS) a de nouveau été félicité pour la qualité des prestations proposées et le professionnalisme de ses agents.

  • Le portage des repas à domicile : chaque année, la Ville prépare dans sa cuisine centrale, avec des produits frais, entre 23.000 et 26.000 repas, qu’elle livre en liaison froide. Cela représente en moyenne une centaine de repas par jour.
  • L’aide aux déplacements avec le service de l’Auto Bleue (sur rendez-vous) : utilisée par une centaine de personnes différentes, pour une moyenne de 200 à 250 trajets par mois, l’Auto Bleue permet aux Séniors d’effectuer leurs déplacements dans la ville, prioritairement pour des raisons médicales, mais aussi pour faire leurs courses.

Nous proposons par ailleurs un programme varié d’animations, d’activités, de sorties et de séjours, qui rencontre un succès croissant auprès des Séniors châtenaisiens :

  • Les activités et ateliers culturels, sportifs et de loisirs ont battu des records de fréquentation, avec une augmentation de plus de 400% entre 2014 (309 participants) et 2019 (1607 participants).
  • Les sorties culturelles et de loisirs se sont poursuivies avec une moyenne de 200 à 250 participants par an.
  • Nous avons continué à proposer chaque année des voyages vers des destinations variées (Prague, Canada, Corse, Afrique du Sud, Sardaigne, Ecosse, Sicile, Budapest, Guadeloupe, États-Unis, Norvège, Thailande,…) : 416 Séniors châtenaisiens y ont participé de 2014 à 2019.

A cette riche programmation annuelle, il convient d’ajouter les sorties offertes par la Ville à l’occasion des fêtes de fin d’année : les Séniors ont le choix entre 2 formules (déjeuner dansant dans un lieu prestigieux ou spectacle dans un grand cabaret parisien) et, s’ils ne peuvent participer à l’une de ces sorties, ils reçoivent un coffret gastronomique. 3.200 Châtenaisiens profitent chaque année de cette programmation spécifique pour les fêtes.

Enfin, depuis fin 2016, les Séniors châtenaisiens peuvent participer au programme « Juvénior », initié par le département et l’Institut des Hauts-de-Seine. C’est une plateforme en ligne gratuite, ouverte et contributive, conçue comme un outil de lutte contre l’isolement et de prévention des fragilités liées au vieillissement, proposant tout un programme d’activités intellectuelles, physiques ou sociales.

Les Séniors disposent ainsi, au quotidien, d’un suivi santé, d’un programme d’activités, d’un fil info, de propositions de menus adaptés, d’exercices sportifs, du réseau social « Juvénior », ou encore de conseils, par mail ou par téléphone, sur la retraite, l’occupation des journées,…

Un an après son lancement, « Juvénior » comptait 136 inscrits, et 200 en 2018 :

  • 39% d’entre eux sont en couple
  • 35% sont veufs, divorcés ou séparés
  • 26% sont célibataires

Ce que nous avons fait en +

  • Mise en œuvre du dispositif départemental pour l’Accompagnement social lié au logement par le CCAS en février 2017 :

Objectif : favoriser le parcours résidentiel des personnes ou des familles qui, pour des raisons liées à leur niveau de ressources ou à leurs conditions de vie, ont des difficultés à accéder ou à se maintenir dans un logement décent et autonome. Ce dispositif préventif vise à éviter les expulsions locatives.

  • Création de la prestation auxiliaire administrative à domicile en 2017.

Objectif : aider les usagers qui le souhaitent et les personnes qui ne peuvent se déplacer à effectuer diverses formalités administratives grâce à l’intervention d’un professionnel à domicile (tri des papiers en amont, accompagnement pour les démarches, suivi…).

  • Développement d’un « Café des aidants » pour les personnes âgées et handicapées et/ou leurs aidants avec une psychologue et la coordination gérontologique. Une fois par mois à la Médiathèque pour des échanges d’expérience et des conseils concernant le positionnement face à certaines situations de perte d’autonomie.